jeudi 21 juin 2012

Reportage - Rochefort, une commune en pleine expansion démographique


Du temps où la Poste existait encore ...
Entre 1860 et 1960, le nombre d'habitants sur le territoire de la commune de Rochefort n'a cessé de reculer. Bien que ce phénomène se soit produit de manière modérée, on a pu constater une certaine errosion démographique au sein de la commune durant cette période. Mais depuis 1960, année de son plus bas historique de 476 habitants sur la commune, Rochefort a connu une croissance démographique régulière pour atteindre un total de 1061 habitants au 31 décembre 2011. Nous allons essayer de comprendre ici les raisons de cette forte croissance et nous allons voir les efforts mis en place par la commune pour répondre aux attentes d'une population toujours plus importante.

Cette soudaine croissance démographique après de décennies de recul démographique peut s'expliquer de plusieurs manières :

Les migrations

Entre 1960 et 1970, on constate une importante immigration étrangère en provenance des pays voisins. Ce phénomène a touché non seulement la commune (+ 50 habitants soit +10.5%) mais également le canton dans son ensemble qui a gagné pas moins de 22'000 habitants en 10 ans (+15%). Mais contrairement à l'ensemble du canton qui a perdu près de 10'000 habitants la décennie suivante, pour la plupart des personnes étrangères titulaires du permis B, la commune de Rochefort a continué sa forte croissance en gagnant 172 habitants (+32%) entre 1970 et 1980. Cette tendance s'est poursuivie jusque dans les années 2000 avec un léger tassement ces dernières années (+25 habitants entre 2000 et 2010). Le fait que ces personnes soient restées sur le territoire communal dans le même temps que d'autres quittaient le canton s'explique par des facteurs indigènes :

Un contexte favorable

Le village offre un bon compromis entre proximité des centres urbains et vie tranquille à la campagne. Avec des sociétés locales très actives, le sentiment d'appartenance se développe plus facilement et les nouveaux habitants se sentent plus vite intégrés. Une intégration importante pour développer le village qui compte sur ses nouveaux habitants pour faire vivre les différentes sociétés qui le composent.

De plus, l'école primaire, conviviale et proche des habitants, est une atout pour le village dans la mesure où elle attire des jeunes familles qui contribuent à la vie en société du village et apporte un dynamisme certain à la commune à long terme. Le collège primaire de la commune a d'ailleurs enregistré une hausse du nombre d'élèves qui a nécessité l'ouverture d'une nouvelle classe lors de la dernière rentrée scolaire.

Parallèlement à cette croissance, la commune a mis en place des infrastructures adaptées avec la construction de la halle polyvalente qui est la plus grande du district et la construction du chauffage à distance notamment qui alimente désormais la majorité des bâtiments publics de la commune.

La construction du trottoir entre Rochefort et les Grattes il y a quelques années et plus récemment entre la gare de Chambrelien et Rochefort ont contribué au dynamisme de la commune qui a également vu son temple rénové, alors que le bâtiment de l'école primaire va subir un assainissement énergétique. La construction du tronçon mixte "piéton-vélo" entre Rochefort et Montézillon et divers projets de contruction immobilière à Rochefort et Chambrelien devraient prolonger ce dynamisme communal.

Il faut dire que Rochefort bénéficie d'un territoire varié qui oscille entre une altitude de 530 et 1386 mètres, ce qui le rend très diversifié dans sa composition (forêt, champs, barrières rocheuses, marais et zones habitables notamment) et donc attractif de plusieurs points de vue. Quelques vignes sont par exemple visibles à Chambrelien alors que paradoxalement, les arbres se font rares dans la zone dite des "Cucheroux" au point culminant de la commune.

Un paradoxe

L'expansion démographique contraste cependant avec les fermetures récentes de différents commerces dans le village, la Poste en tête. A cela s'ajoute la fermeture du garage, du restaurant et plus anciennement de l'épicerie et du magasin Agrivinti, magasin de réparation de tondeuses. Nicolas Merz, l'administrateur communal, trouve des raisons à ce phénomène par le fait qu' " on est à l’heure des supermarchés type Maladière et Marin Centre, l’épicerie de proximité n’est plus à la mode, à moins qu’elle soit de fonctionnalité urgente (L'île par exemple)".

Et la suite ?

M. Merz concède que cette situation de croissance continue ne devrait pas durer en l'état actuel des choses : "la plupart des logements de la commune sont occupés". Pour lui, la solution pour poursuivre cette croissance passe par la construction de nouveaux logements : "plusieurs projets de construction pour les prochaines années existent, notamment au Burkli, derrière l'ancien garage de Rochefort et à l'Est du bâtiment du stand de tir". Il estime que le potentiel actuel de la commune, avec ses surfaces constructibles, s'élève à "quelques 350 habitants supplémentaires environ".

La question des fusions pourrait être abordée dans les prochains mois notamment avec Brot-Dessous mais la commune pourrait à long terme s'intéresser à des fusions de plus grande importance, avec Milvignes par exemple voire avec l'un ou l'autre des Vallons. A l'heure où les fusions ont la cote, il sera important pour la commune de ne pas rater ce virage en se retrouvant esseulée au milieu de communes de grande importance comme c'est le cas actuellement avec le Val-de-Ruz, le Val-de-Travers et Milvignes notamment.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire